• R3 - 1er match à ST PIERRE

    R3 - 1er match à ST PIERRE

  • Nouvelle salle

    Nouvelle salle

  • LICENCES

    LICENCES

    Imprimé Licence à télécharger -Rubrique Le Club - Adhésion Read More
  • ENTRAINEMENTS

    ENTRAINEMENTS

    Voir les horaires-rubrique club
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

LA PASSION DU VOLANT

Affichages : 349

Le Volant Mornacais organisait tout au long de ce week-end les championnats régionaux Parmi les concurrents, Romane et Laurine, deux jeunes joueuses du Pôle Espoirs de Talence.

Romane Haensler, yeux bleus et tâches de rousseurs, referme son gilet pour éviter d’attraper froid. Tandis que Laurine, yeux verts aux teintes changeantes, renoue fermement sa queue-de-cheval.

Se faisant, les deux jeunes filles de 15 ans reviennent sur le match de poule qu’elles viennent tout juste de disputer, « je l’ai trouvé vachement bien ton service là », et débriefent. Ce week-end, la paire d’adolescentes était alignée pour les championnats régionaux seniors de badminton à Mornac, compétition qu’elles ont remportée l’année dernière et dont Laurine est désormais vice-championne en simple.

Depuis deux ans, Romane et Laurine disputent ensemble des matchs de double. Surclassées en raison de leur talent, les sportives font la paire. Pour Romane la puissance, pour Laurine le placement des volants face à des adversaires qui sont bien plus âgés et expérimentées. « Au début, on avait du mal à s’entendre sur un terrain, explique Romane, la plus grande en taille. On n’arrivait pas à gagner un seul match. On est rentré au Pôle espoir de Talence où l’on s’entraîne environ dix-huit heures par semaine. Du coup, on se connaît mieux et l’on arrive mieux à se trouver. »

Si elles n’évoluent pas dans la même classe, les deux jeunes filles partagent tellement sur le terrain et en dehors qu’elles se savent désormais par cœur. « Romane est du genre à cacher ses émotions mais maintenant on se connaît assez pour savoir quand l’autre est énervé et on se tire vers le haut », note Laurine. « Quand on joue avec le Pôle France, j’admets que je stresse, concède Romane. Pour l’instant on a clairement un problème de mental, de confiance. » Pour tenter de se forger un état d’esprit à toute épreuve, Laurine a d’ailleurs commencé à travailler avec un préparateur mental depuis quelques mois.

Plus de pratiquantes

De Gironde et des Landes, les jeunes sportives font partie des 17 000 licenciées de la Ligue Nouvelle-Aquitaine, troisième ligue au niveau national. Revendiquant 40 % de pratiquantes, la Ligue voit son nombre de licenciés continuellement augmenter, notamment grâce à l’arrivée de femmes. « On a fait le choix de prendre à 50 % les frais d’inscription à ce tournoi pour nos licenciées féminines, explique Julien Delmas, président de la ligue Nouvelle Aquitaine. C’est un nouveau public à conquérir et le badminton est un sport historiquement porté sur la parité. Nous sommes la première discipline à avoir présenté des doubles mixtes aux Jeux Olympiques. »

Mais les olympiades ne représentent pas (encore) un objectif pour Romane et Laurine. Sport non-professionnel en France, le badminton est une discipline où il est bien difficile de se projeter. Les passions familiales expliquent plutôt l’amour du volant. « Mes parents sont badistes, c’est comme ça qu’ils se sont rencontrés et pour moi c’est vite devenu une passion. On peut croire que c’est un sport de plage mais c’est très physique ! » sourit Laurine. « À la base je faisais de la gymnastique, mais je me suis cassée le poignet donc je me suis tournée ensuite vers le “bad” que mon père a beaucoup pratiqué », rajoute Romane.

Si elles ne savent pas encore combien de temps leur paire triomphera des blessures, des baisses de motivation, ou des projets d’étude, Romane et Laurine partageront encore au minimum une saison ensemble à profiter de leur talent et du badminton.

 

ARTICLES RÉCENTS